produit degraissage des surfaces

Quels produits chimiques employer pour le dégraissage des surfaces avant application des peintures ?

En matière de peinture sur pièces, la qualité du produit ne suffit pas, et la technique d’application non plus. Par procédé mécanique, la machine la plus performante ne garantira pas un résultat sans défaut. En cas d’application manuelle, le peintre le plus aguerri s’efforcera en vain si la surface à peindre n’a pas d’abord été traitée convenablement ! L’équation gagnante passe par les données suivantes : traitement de surface + peinture. Préparer les pièces mécaniques (plus particulièrement en métal) par un soin dégraissant est indispensable. Exemples pratiques.

Définition du traitement de surface

Indépendamment de la technique employée, c’est une opération visant à modifier (dans une certaine mesure) la surface d’une pièce avant sa mise en peinture, sans pour autant lui ôter son aspect fini. Le but est d’éliminer toute trace de substance grasse ou autre matière « parasite » qui empêcherait la parfaite adhérence de la peinture, ou en altérerait la bonne tenue sur du long terme. Parmi les façons de procéder, on utilisera un produit chimique dégraissant afin de prévenir plus certainement les risques susmentionnés.

Procédé manuel pour un traitement de surface à froid

Cette technique, moins performante qu’effectuée à chaud, s’effectue à la main. On peut utiliser pour ce faire, un pinceau ou un chiffon. Il est possible également de traiter les pièces par pulvérisation ou immersion dans un bain à base de produits chimiques. De manière générale, cette technique est réservée aux supports gras n’ayant pas subi d’oxydation, on emploiera alors un solvant pour le dégraissage : alcool, acétone, etc. Dans le cas de pièces grasses et oxydées, c’est le produit phosphatant qui sera privilégié. Son action dérouillante et décrochante favorisera ensuite l’adhérence de la peinture. Les métaux non ferreux et les pièces en plastique bénéficieront de substances spécifiques, comme des solutions alcalines. En revanche, le trichloréthylène autrefois très utilisé est désormais interdit.

Procédé mécanique pour un traitement de surface à chaud

Cette opération est accomplie à l’aide d’une machine pulvérisant de l’eau chaude sous haute pression. On y incorporera une solution polyvalente destinée au nettoyage des supports gras non oxydés, ou bien un phosphatant Tri métaux s’il s’agit de pièces grasses et partiellement oxydées. Ce produit est conçu spécialement pour les supports métalliques tant ferreux que non ferreux, en vue de réaliser sur ceux-ci un traitement complet avant l’application du primaire antirouille et de la peinture. En guise d’exemples concrètement mis en œuvre sur le terrain, citons l’imprégnation par phosphatation, fréquemment réalisée par aspersion dans une chaîne automatique (comme un tunnel de lavage) : cette opération est parfois suivie par un traitement à la peinture électrolytique. Très utilisée dans l’industrie automobile, cette forme de peinture généralement à base époxy est compatible avec un bon nombre de primaires anticorrosion, appliqués avant la couche de peinture finale. En tous les cas, un bon dégraissage est une étape obligée !