Industrie agroalimentaire : techniques pour augmenter les marges

Malgré la volonté des consommateurs qui souhaitent faire des économies, l’industrie agroalimentaire dispose de nombreuses techniques visant à préserver ses marges. Il existe ainsi des astuces permettant aux industries agroalimentaires d’augmenter le taux de marge malgré le fait que les matières premières coûtent plus cher et pour satisfaire les attentes des consommateurs qui souhaitent ne pas payer davantage.

Présentation de quelques astuces pour augmenter les marges

De nombreuses industries agroalimentaires modifient leur recette en remplaçant certains ingrédients coûteux par les produits plus économiques. Il est également possible de réduire le poids de certains articles. Ainsi, un paquet de biscuits peut conserver la même présentation et peser moins lourd qu’avant. Par exemple des biscuits goûters peuvent présenter 295 g alors qu’ils étaient à 300 g auparavant. Malgré cette légère diminution du poids, l’industrie agroalimentaire conserve le même prix de vente.

En diminuant la contenance, cette technique permet aux sociétés d’augmenter le prix au kilo et améliorer ainsi légèrement leurs marges. Les sociétés peuvent également jouer sur les emballages ou les promotions. Ainsi, la quantité des produits peuvent subir une modification. Par exemple, dans un même emballage, le consommateur peut constater que le produit contient moins d’articles qu’avant.

Autre technique pour augmenter les marges : jouer sur l’emballage. En rendant plus épais les emballages, les compagnies agroalimentaires parviennent à cacher une faible quantité du contenu. Le lot de 2 paquets de pâtes peut coûter plus cher qu’un paquet à l’unité.

Industrie agroalimentaire et la grande distribution asphyxient le monde agricole

6 enseignes se partagent 90 % du marché. Le secteur des grandes et moyennes surfaces récupère plus de la moitié du chiffre d’affaires global propre à la distribution alimentaire. Cela représente environ 135 milliards d’euros/an. Quant à la grande distribution, le niveau de concentration est moins élevé que les 6 enseignes. Néanmoins 353 entreprises se partagent 60 % du marché.

La grande distribution est reconnue pour son recours à l’emploi de salariés en temps partiel supérieur à la moyenne. Les salaires des saisonniers sont ainsi inférieurs qu’un salaire en CDI. L’industrie agroalimentaire a recours à un taux élevé d’intérim.

Les agriculteurs ne captent que 6 % de la valeur de l’alimentation

À l’extrémité de la chaîne alimentaire, on constate que les prix agricoles à la production furent divisés par 2 entre 1980 et 2015. Après avoir déduit le coût de production, on constate que les agriculteurs ne perçoivent actuellement que 6 % de la valeur totale du marché de l’alimentation. L’agriculteur doit également faire face à une volatilité croissante du prix des produits agricoles. Cette difficulté est due à la mondialisation des filières et au démantèlement progressif des outils de régulation publique.